L'amidon et les maladies musculaires

L'amidon et les maladies musculaires

L'amidon et les maladies musculaires

LES COUPS DE SANG

Retrouvez plus d’informations sur les coups de sang dans le dossier « Les "coups de sang" chez le cheval (myosite) ».

SYMPTÔMES

Le coup de sang est également appelé myopathie d’exercice, rhabdomyolyse à l’exercice, myosite d’effort ou maladie du lundi.
Lors d’un "coup de sang", le cheval raccourcit soudainement sa foulée, se raidit et éprouve des difficultés à se déplacer. Il va finir par se bloquer, du fait de fortes contractures des muscles dorsaux et fessiers. Une augmentation des fréquences cardiaques et respiratoires est généralement observée, ainsi que l’émission d’urines marron foncé. Si un bilan sanguin est réalisé, il permettra de montrer une augmentation de l’activité des enzymes musculaires (CK, LDH et ASAT).

CAUSES

Il existe deux formes de myopathie d’exercice :

  • Une forme ponctuelle, liée à un exercice non adapté, qui survient après un ou plusieurs jours de repos sans diminuer la quantité de concentrés distribués, un exercice trop intense, et/ou une déshydratation extrême.
  • Une forme chronique, d’origine génétique, qui se découpe en deux maladies distinctes, la myopathie récurrente à l’exercice (MRE) et la myopathie à stockage de polysaccharides (PSSM). Ces deux cas sont favorisés par une ration trop riche en amidon et en sucres.

RECOMMANDATIONS

  • Une étude réalisée sur des chevaux atteints de PSSM a montré que les réponses glycémiques et insulinémiques était beaucoup plus marquée lorsque les chevaux recevaient 65 g d’amidon par repas pour 100kg de poids vif, comparé à 30g d’amidon par repas pour 100kg de poids vif1. Néanmoins, l’activité sanguine de la créatine kinase ne variait pas entre ces deux groupes et était élevée. Elle était cependant plus basse (normalisée) chez les chevaux qui recevaient moins de 15g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas.
  • Une seconde étude réalisée sur des chevaux atteints de MRE a montré que ceux qui recevaient 30g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas avaient une activité sanguine en créatine kinase inférieure à ceux qui recevaient plus de 150g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas2.

Ces résultats montrent bien que les chevaux souffrant de PSSM sont plus sensibles à la quantité d’amidon que les chevaux souffrant de MRE, et qu’il est toujours possible de distribuer des aliments composés de céréales à des chevaux prédisposés aux coups de sang, en faisant bien attention à ne pas dépasser les quantités d’amidon recommandées.

LES CONSEILS REVERDY

  • Pour prévenir les coups de sang sporadiques chez des chevaux non prédisposés, nous recommandons de ne pas dépasser 100g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas.
  • Pour prévenir le développement de coups de sang, notamment dans le cas de chevaux souffrant de MRE, nous recommandons de ne pas dépasser 50g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas.
  • Pour les chevaux souffrant de PSSM, si le foin seul n’est pas suffisant pour couvrir tous les besoins, nous conseillons de limiter à un maximum de 15g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas.

Les quantités conseillées dans le tableau ci-dessous ont été calculées en considérant à la fois l’apport d’amidon, ainsi que l’encombrement de l’estomac (ne pas dépasser 400g/100kg de poids vif d’aliment par repas).

Quantité maximum par repas en fonction du poids du cheval
Aliment Reverdy 400 kg 500 kg 600 kg
Cheval souffrant de MRE Adult 1 litre (700 g) 1,2 litres (860 g) 1,5 litres (1 kg)
Adult Energy 0,8 litre (600 g) 1 litre (700 g) 1,5 litres (1 kg)
Racing 1 litre (700 g) 1,2 litres (860 g) 1,5 litres (1 kg)
Training 1 litre (700 g) 1,2 litres (860 g) 1,5 litres (1 kg)
Adult Specific Energy 2 litres (1,4 kg) 2,5 litres (1,8 kg) 3 litres (2 kg)
Breeding 1 litre (700 g) 1,2 litres (860 g) 1,5 litres (1 kg)
Cheval souffrant de PSSM Adult 0,3 litre (210 g) 0,4 litre (260 g) 0,5 litre (320 g)
Adult Specific Energy 0,6 litre (430 g) 0,8 litre (540 g) 0,9 litre (640 g)
Breeding 0,3 litre (210 g) 0,4 litre (260 g) 0,5 litre (320 g)

POUR EN SAVOIR PLUS

1. Ribeiro, W., Valberg, S., Pagan, J. & Essen Gustavsson, B. The effect of varying dietary starch and fat content on serum creatine kinase activity and substrate availability in equine polysaccharide storage myopathy. J. Vet. Intern. Med. 18, 887–894 (2004).
2. McKenzie, E. C. et al. Effect of dietary starch, fat, and bicarbonate content on exercise responses and serum creatine kinase activity in equine recurrent exertional rhabdomyolysis. J. Vet. Intern. Med. 17, 693–701 (2003).

"MAIS ÉGALEMENT... "